Alliance Internationale de Journalistes
Qu'est ce que l'Alliance ?
 
 
Partager  
Analyses / études
Exercice du métier

Situation de la Presse au Maghreb

par Rim Mathouti

Algérie, Tunisie, Maroc.
Ces pays ont une presse dans un état différent. Pour l’instant je n’ai pu interviewer que des responsables de presse marocaine. Je dois me rendre à Alger le mois prochain et j’ai prévu de rencontrer des journalistes.

Maroc

- La presse Marocaine au Maroc :
Des journaux « d’etat « et depuis peu de jeunes publications « indépendantes » créent le débat.
J’ai interrogé des responsables de presse du Maroc et le responsable des organes de presse du Maroc.
Ils donnent leurs avis sincèrement et sans censure.
- la presse étrangère au Maroc. ( correspondants espagnols, arabes, hollandais, allemands) :
Elle ne parle pas des conditions de travail, et surtout pas des pressions possibles. Les responsables sont trop surveillés selon le correspondant de El Jazzira à Rabat.

Le Maroc traverse une phase importante. La censure n’est plus censurée. Elle est exposée et critiquée.

En cours

- Une réforme du code de la presse et projet de mise en place d’un conseil national de la presse au sein duquel les journalistes se chargent de l’organisation de leur profession avec la participation des différentes sensibilités politiques du pays.
Points de conflits :

  • Il n’y a aucun débat public, ni de publications du projet.
  • Les recommandations du syndicat national de la presse marocaine et des organisations des droits de l’homme n’ont pas été pris en compte.

- Les ondes ont été libéralisées. De nouvelles radios et une nouvelle chaîne doivent voir le jour dans quelques mois. Les conditions de création étaient draconiennes, ce qui a très rapidement éliminées la création de radios associatives par exemple.

- De nouvelles publications viennent de se créer et d’autres disparaissent.

La presse en mutation

Les procès contre les journalistes et les organes de presse se multiplient. Les jugements rendus sont incohérents. Des milliers d’euros et de la prison avec sursis pour les journalistes. Ça va de la diffamation à l’atteinte à l’image du Roi ( publication de photos du Harem).

A chaque fois, les médias se posent des questions sur leur crédibilité, leur légitimité, leur limites et pas seulement sur leur droit en tant que media. La presse se cherche. Elle n’est plus presse d’état et de droit mais aussi presse indépendante. Le débat est toujours ouvert et publié au sein même de la presse malgré la solidarité corporatiste.

En même tant que le Pays accède à une démocratie, la presse accède à un vent de liberté, relatif certes, mais réel. Les dérives sont faciles, les limites pas encore établies ( d’où aussi la multiplication des procès) et le débat sur la déontologie, le rôle de la presse est ouvert.

Formation

Il n’y a qu’une école de journalisme « reconnues » au Maroc. Je dois rencontrer la directrice pour les conditions d’accès et les détails de l’enseignement.

Autres outils d’information, les fuites de l’info

Les infos « vraies » pour les maghrébins viennent de l’Europe et de certains pays arabes.

Internet :

Les marocains restent connectés aux medias en ligne. Ils y ont recours beaucoup plus simplement que nous. La « vraie » info tunisienne par exemple vient exclusivement de journaux en ligne ( Tunezine ou site de Sihem Bensedrine) . Ce ne sont pas des journalistes qui la fabrique et pourtant elle propose une info différente qui laissent aussi la place au débat public.

Le satellite :

Algerie, Maroc ou Tunisie possède le satellite. Ils reçoivent les JT du monde entier qu’ils respectent et écoutent les radios des pays voisins ( Espagne ou Italie).

Date de publication 13 septembre 2006
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales et crédits | Valid XHTML 1.0 Transitional